Comment tout faire mieux avec le Kaizen ?

Comment tout faire mieux avec le Kaizen ?

 

Qualité, amélioration, optimisation, progression, innovation, etc. Ces termes sont ancrés dans le jargon de toute entreprise et tout entrepreneur ; des notions importantes pour acquérir de nouvelles parts de marché, obtenir de meilleurs résultats, améliorer la qualité ou établir son image de marque… Le Kaizen, système venant du Japon, est considéré comme la philosophie ultime pour l'amélioration continue.

 

Origine et définitions du Kaizen

Kaizen

Source : http://www.iperche.fr/

D'un point de vue sémantique, en japonais, Kaizen = Kai + zen, signifiant "change "(kai) et "mieux/bon" (zen), ce qui pourrait se traduire littéralement par "changer pour le meilleur" ou "bon changement". Dans un sens managérial, ce terme a pris le sens d'amélioration continue ou constante, graduelle et en douceur.

Cette notion, appliquée par certaines entreprises nippones de l'après-guerre pour améliorer leur productivité et leur compétitivité, a été introduite dans le monde occidental dans les années 1980 par un expert japonais en management Masaaki Imai, dans son livre Kaizen : La clé de la compétitivité japonaise. Elle sera associée, dans l'imaginaire collectif à Toyota, qui en a fait la pierre angulaire de son système de production, le TPS (Toyota Production System), devenu un modèle pour plusieurs entreprises dans le monde, grâce à un des ingénieurs du groupe automobile japonais, Tahiichi Ohno.

Le Kaizen est une stratégie, un plan d'action voire une philosophie de management de la qualité dans laquelle un processus d'amélioration continue est intégré à tous les niveaux de l'entreprise : production, distribution, ressources humaines, etc. Tous ces niveaux travaillent ensemble de manière proactive pour obtenir des améliorations régulières et progressives sur toute la chaîne en rapport avec le(s) produit(s) ou le(s) service(s) proposé(s) par la compagnie. Plus globalement, cette stratégie combine les talents collectifs au sein d'une entreprise pour générer un important levier d'amélioration.

Kaizen_amélioration_continue

Source : Kaizen Institute

 

Kaizen, système ultime de management de la qualité

Comme évoqué plus haut, le Kaizen est non seulement un système de gestion qualité et un plan d'action de Lean management promouvant l'innovation et l'optimisation perpétuelle ; mais aussi et surtout une philosophie, une culture d'entreprise.

  • Dans le premier cas, le Kaizen consiste à organiser à des actions concrètes visant à l'amélioration de domaines spécifiques au sein de l'entreprise. Ces actions impliquent la pro-activité et la réactivité de tous les acteurs de l'entreprise.
  • En tant que philosophie, le Kaizen consiste à inculquer un état d'esprit où tous les employés sont activement impliqués dans la proposition et la mise en place d'innovations. Comme le suggère Toyota, c'est un état d'esprit qui doit devenir naturel dans toute l'entreprise, de l'employé au premier plan de la production à la direction managériale. Kaizen est donc une philosophie de progression pas à pas vers l'excellence.

 

Le système Kaizen englobe ainsi plusieurs méthodologies d'innovation et d'amélioration. Toutes ces techniques et méthodes de créativité découlent de l'application directe ou indirecte des principes du Kaizen :

 

Le Toyota Way (Toyotisme)

Les valeurs maison de Toyota dont l'état d'esprit Kaizen ont permis d'initier le TPS, son outil managérial faisant appel également au Just-in-Time (Just-A-Temps) et au kanban. De manière globale, le Toyotisme, selon Taiichi Ohno, cherche à "réduire les coûts de production, éviter la surproduction, diminuer les délais et produire de la meilleure qualité possible".

  • Le Just-A-Temps organise et gère la production en minimisant les stocks, se basant sur des flux tendus ou 5 zéros : zéro délai, zéro stock, zéro papier, zéro défaut et zéro panne.
  • Le kanban (ou étiquette en japonais) est une approche de gestion de stocks et d'approvisionnement à flux tirés, visant à définir la production d'un poste de travail en amont en fonction des demandes du poste en aval.

 

Kanban Kaizen

Source : Toyota

 

Le poka-yoke

Outil découlant du système Jidoka (autonomation ou auto-activation), autre méthode héritée de Toyota, le poka-yoke ou anti-erreur a pour principe la prévention des erreurs dans une démarche d'amélioration de la qualité. Il est surtout efficace et utilisé dans le domaine industriel et dans les chaînes de production.

 

La méthode des 5S

Technique de process qualité venant du Japon, les 5S japonais (Seiri , Seiton , Seiso , Seiketsu , Shitsuke) sont souvent traduits en français par ORDRE (Ordonner, Ranger, Dépoussiérer ou Découvrir les anomalies, Rendre évident et Être rigoureux).
Pour simplifier, les 5S ont pour objectif d'optimiser de manière continuelle la qualité et d'améliorer les tâches.

 

La méthode Six Sigma

Cette méthode, déposée par Motorola, vise à assurer une amélioration rapide et continue des process, des services et produits, avec pour avantage la réduction des coûts et la satisfaction des clients. Le Six Sigma, comme expliqué dans notre article, s'applique en suivant minutieusement les 5 étapes DMAIC : Définir, Mesurer, Analyser, Améliorer et Maîtriser.

 

La roue de Deming (ou PDCA)

Autre méthode de gestion de qualité, la roue de Deming, suit une logique de design circulaire, qui suit un cycle vertueux : Planifier, Développer, Contrôler et Agir ou Ajuster. La roue avance à chaque étape en suivant les caractéristiques du Learning by Doing, c’est-à-dire, en utilisant les connaissances acquises au cycle précédent pour mettre en œuvre des changements, sans revenir en arrière.

 

QQOQCCP, TQM et autres méthodes d'innovations

Le domaine du business et du management aime bien les abréviations et les acronymes car c'est sans doute plus facile à retenir. En général, ces sigles représentent une méthodologie, un outil, une série de questions, une technique, etc., utilisés dans la majorité des cas pour générer des idées innovantes, anticiper et/ou résoudre des problèmes, l'amélioration la qualité du produit/service, optimiser la qualité de travail de l'entreprise, la satisfaction des clients et des consommateurs, etc.
Nous avons déjà abordés directement ou indirectement certains d'entre eux dans nos précédents articles, notamment :

  • la méthode QQOQCCP (Qui, Quoi, Où, Quand, Comment, Combien et Pourquoi),
  • le TQM ou qualité totale qui demande l'implication de toute l'institution pour parvenir à une qualité parfaite, réduisant gaspillages et améliorant les résultats… proche du design thinking ou… du diamant de l'innovation, qui fait appel à l'interaction entre toutes les fonctions de l'entreprise.

 

Kaizen : pour le meilleur et pour de bon !

Appliquer le Kaizen, c'est d'abord et avant tout adopter l'état d'esprit d'amélioration continue et d'innovation incrémentale. C'est aussi impliquer toutes les forces vives de l'entreprise. Par exemple, c'est éviter d'être l'ouvrier de la chaîne de montage qui voit le pare-chocs et les pneus mal montés sur le véhicule sur lequel il travaille mais qui ne dit rien parce que son boulot est juste de fixer les rétroviseurs !
Le Kaizen a pour avantage d'engager et de donner autorité à tous les acteurs pour qu'ils aient leur mot à dire chacun à leur niveau, et surtout pour qu'ils fassent tout ce qu'il faudrait pour que le produit final soit le meilleur possible.

 

Les bénéfices du Kaizen sont entre autres :

  • Augmentation de la productivité
  • Amélioration de la qualité
  • Meilleure sécurité
  • Réduction des coûts
  • Amélioration de la satisfaction client

 

Enfin, parce que le Kaizen n'est pas une unique méthode, mais un plan d'action faisant appel à un ensemble de techniques et d'outils, il est applicable dans la plupart des secteurs d'activité. Même s'il est né à l'origine dans l'industrie et la production, il est applicable dans la finance, les services, les nouvelles technologies, l'informatique et même la santé !

Par conséquent, vous voilà donc armés pour réussir votre "changement pour le meilleur" et donc "tout faire mieux" grâce au Kaizen !

 

Gardez toujours à l'esprit ces points :

  • Établir des objectifs et fournir les informations en conséquence
  • Examiner l'état de départ et élaborer un plan d'action
  • Mettre en œuvre ces améliorations
  • Examiner et corriger ce qui ne fonctionne pas
  • Reporter les résultats et déterminer les éléments de suivi

Niko Nado

Découvrez également :

 

 

 

 

Vous souhaitez innover ?

Recevez des conseils, des méthodes et des outils pour booster votre créativité et innover !

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de l'innovation !

Merci d'entrer votre email ci-dessous :


Abonnez-vous à la newsletter de l'innovation !