Adoptez l’esprit entrepreneurial avec l’Effectuation !

Adoptez l’esprit entrepreneurial avec l’Effectuation !

 
Pour le commun des mortels, entreprendre et innover serait réservé à des personnes spéciales dotées d'un talent inné, des génies en quelque sorte dont le succès a été bien pensé et organisé. En réalité, il s'agit de gens normaux qui ont su profiter d'opportunités, malgré des moyens pas toujours élevés, pour faire fructifier leur idée. Cet état d'esprit est résumé par le concept dit "d'Effectuation".

Effectuation

 

Définition et origines

Saras SarasvathyLe terme "effectuation" a été pour la première fois évoqué et définit par Saras Sarasvathy, professeure et chercheuse américano-indiennes à l'Université de Virginie (USA). Elle a mené une longue étude de près de cinq années auprès d'une trentaine d'entrepreneurs ayant connu le succès après la création de leur entreprise (CA de plus de 200M$), avec comme questionnement "quel a été le processus de décision de ces entrepreneurs à succès ?".
En conclusion de cette enquête, Saras Sarasvathy ressort avec un paradigme de management, expliquant le processus de prise de décision de l'entrepreneur. Il se base sur une prise de risque calculée et sur l'action malgré de nombreuses incertitudes, selon la méthode explicitée plus d'un demi-siècle plutôt par l'économiste américain Frank Knight.
Par opposition à la logique causale où c'est l'objectif qui définit les ressources nécessaires, la logique effectuale se veut pragmatique : l'entrepreneur se lance avec les moyens dont il dispose -> les ressources déterminent l'objectif.

 

Effectuation vs Causation

Pour illustrer clairement le fondement de l'effectuation, Sarasvathy l'oppose à la causation, qui se rapproche de la méthode d'innovation dite classique :
On définit un objectif précis, puis on détermine les moyens permettant d'aboutir à cet objectif. On recherche donc les causes pour provoquer un effet déjà connu (Voir notre article sur le Lean Management).

Pour illustrer la causation dans la vraie vie, prenons un exemple simple. Pour son dîner, on souhaite manger du poisson (idée novatrice), alors on détermine la recette (stratégie et business plan), puis on liste les ingrédients (ressources et moyens) avant de cuisiner (passer à l'action).

  • RESSOURCE 1
  • RESSOURCE 2
  • RESSOURCE 3
  • RESSOURCE 4
  • RESSOURCE 5

Le schéma ci-dessus résume la logique causale qui est organisée, essaie de minimiser les risques en ayant toutes les données en amont pour cerner les contours et réussir son projet d'innovation.
Au contraire, la logique effectuale prend le contre-pied.
On évalue les moyens à sa disposition, ses connections sociales, etc. Le plan n'est souvent pas si précis au départ et on prend le temps de le développer, d'évoluer et d'apporter des corrections au fur à mesure, en adoptant les principes du Learning by doing. Une démarche entrepreneuriale plus pragmatique et plus humble.

En reprenant l'exemple du dîner, dans l'approche effectuale, on regarde plutôt ce qu'on a dans le réfrigérateur et dans les placards (ressources disponibles), puis on s'imagine une ou plusieurs recette(s) possible(s) (objectifs), avant de se concocter un petit plat (résultat).

  • RESSOURCE 1
  • RESSOURCE 2
  • RESSOURCE 3

 

Comment entreprendre avec l'effectuation ?

Avant de revenir en détail sur les principes de l'effectuation telles que définies par Sarasvathy, balayons d'emblée les mythes et idées reçues que la plupart des gens ont à propos des entrepreneurs.

Effectuation process

  • Il faut toujours une grande idée pour démarrer : Pas vraiment. La plupart des grands succès actuels n'ont pas débuté avec une idée bien tracée. Beaucoup ont été réorienté voire ont même changé de business model en cours de route.
    En effet, IKEA a été créé en 1943 en vendant de la papeterie et du lait ! Samsung était une entreprise de négoce traitant avec différentes épiceries !
  • L'entrepreneur est celui qui aime prendre de risques : Pas tout à fait. On dit souvent en termes d'innovation, "qui ne risque rien n'a rien". Certes. Mais, il ne faut pas faire tapis et tout donner d'entrée ; il faut prendre en compte les risques en avançant par étapes et en limitant l'investissement.
  • L'entrepreneur est un super héros : Non. Ce ne sont pas tous des génies et des Einstein, à l'intelligence supérieure à la moyenne. Bien au contraire, leurs histoires révèlent que ce sont des gens tout à fait normaux dont la principale qualité a été de croire en eux-mêmes.
    Par exemple, Richard Branson, fondateur de Virgin Group, entrepreneur émérite, était très mauvais à l'école.
  • L'entrepreneur réussit seul : Faux. Ils savent surtout user de leurs connaissances et s'associer à des gens de l'ombre qui ont des compétences plus pointues et qui peuvent les compléter.
    Steve Jobs a su s'associer avec le talentueux informaticien Steve Wozniack pour créer Apple.
  • L'entrepreneur est un expert pour prévoir : Pas du tout. Pour réussir, tout entrepreneur vous dira que la meilleure façon de prédire l'avenir est de le créer soi-même. Transformer et agir sur son environnement pour créer de nouveaux marchés et contrôler l'avenir. L'exemple des fondateurs du Cirque du Soleil, qui en s'éloignant du cirque traditionnel, ont révolutionné le cirque contemporain.

 

Les 5 principes de l'Effectuation

Effectual cycleMaintenant que nous avons éclairé votre lanterne et banni de votre esprit les clichés et idées reçues sur les entrepreneurs, voyons donc quels sont les principes de l'effectuation entrepreneuriale tels qu'énumérés par Sarasvathy, puis repris plus en détail par le professeur français et chercheur à Polytechnique, Philippe Silberzahn.

 

1. Birds in hand : Démarrer avec ce qu'on a - Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras

Même si l'entrepreneur n'a pas toujours tous les moyens à sa disposition pour débuter son projet, il a au moins pour lui trois ressources insoupçonnées : sa personnalité et son intuition (pour s'orienter vers telle ou telle autre décision), ses connaissances et compétences (résultant de son expérience, son éducation, sa formation, etc.) et son réseau social (relations professionnelles, famille, amis, rencontres fortuites, etc.). Ces 3 ressources étant universelles, tout le monde peut donc entreprendre.

 

2. Affordable loss : Raisonner en perte acceptable

Le principe est simple : être prêt à perdre quelque chose de défini pour gagner quelque chose d'indéfini. Les entrepreneurs ne restent pas dans la logique classique avec un résultat attendu mais acceptent de prendre un risque calculé.
Par exemple, "je vais consacrer 3 mois et 1000€ pour lancer mon idée et on verra si ça prend"… L'entrepreneur mise sur la progression en contrôlant "ses pertes" plutôt que sur le gain espéré.

 

3. Crazy quit : Construire un patchwork fou

L'entrepreneuriat prend une dimension sociale car l'entrepreneur n'est pas seul. Il fait appel à l'engagement évolutif d'un certain nombre de parties prenantes, qui apportent de nouveaux moyens, ressources financières et compétences. L'association de nouveaux acteurs est la clé pour faire évoluer le projet… L'effectuation entrepreneuriale, c'est aussi savoir s'entourer au bon moment par les bonnes personnes pour grandir.

 

4. Tirer parti des surprises - La Limonade -

"Si la vie vous donne des citrons, faîtes en de la limonade et vendez-la". Partant de ce principe d'opportunisme, il faut savoir tirer parti des surprises. Un excellent entrepreneur est celui qui sait chercher en tout évènement une opportunité. En effectuation, souplesse et flexibilité sont nécessaires pour saisir les opportunités qui se présentent pour adapter sa vision et sa stratégie.

 

5. Être le pilote dans l'avion

La logique effectuale consiste à inventer, dans une logique de contrôle de l'avenir. L'entrepreneur est innovant, actif et donne la direction. Il contrôle son environnement et détermine les directions qu'il souhaite prendre. Aucun marché n'est figé et aucune tendance basée sur des études de marchés ou des statistiques n'est acquise.

 

Pourquoi les entrepreneurs sont entreprenants et innovants ?

Pour terminer, résumons donc la réponse et la conclusion de Sarasvathy à cette question :
"Les entrepreneurs sont entreprenants parce qu'ils pensent efficacement. Ils croient en un futur qui peut être façonné par l'action humaine et par conséquent, il ne cherche pas à prédire l'avenir. En fait, pour eux, il est beaucoup plus utile de comprendre et travailler avec les gens qui sont engagés dans les décisions et les actions qui donnent vie à l'innovation pour transformer le futur."

Niko Nado

Ne partez pas, ces articles devraient vous intéresser :

 

 

 

 

Vous souhaitez innover ?

Recevez des conseils, des méthodes et des outils pour booster votre créativité et innover !

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de l'innovation !

Merci d'entrer votre email ci-dessous :


Abonnez-vous à la newsletter de l'innovation !