Comment s’entraîner à innover au quotidien ? Etude de cas : le stylo écrasé

Comment s’entraîner à innover au quotidien ? Etude de cas : le stylo écrasé

Innovez ! Oui mais comment ? Comment trouver de bonnes idées qui donneront naissance à de véritables innovations ? Comme nous l'avons rappelé dans notre article Nous sommes tous des descendants de créatifs, innovateurs en puissance et capables d'avoir de bonnes idées ! En effet, l'histoire nous montre que l'Homme a su s'adapter à son environnement en innovant !

Ces innovations sont nées de la recherche de solutions à des problèmes identifiés ou encore de la sérendipité comme par exemple la découverte de la penicilline.

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à l'innovation basée sur la résolution de problèmes. Il existe de nombreuses méthodes d'innovation et de créativité efficaces qui visent à résoudre des problèmes identifiés ; on peut citer par exemple le diagramme d’Ishikawa, la méthode QQOQCCP ou encore la roue de Deming.

Le but de notre exercice est d'adopter un comportement propice à l'innovation, aussi bien en termes d'identification que de résolution de problèmes pour que vous puissiez trouver de bonnes idées en toutes circonstances. Pour ce faire, je vous propose un petit voyage au coeur de notre quotidien qui, si on y prête attention, déborde de possibilités d'innover !

 

Comment trouver des problèmes pour s'entraîner à innover ?

La résolution de problèmes implique l'identification en amont d'une problématique ou d'un dysfonctionnement.

Il est vrai qu'on ne cherche généralement pas les problèmes... mais dans ce cas précis il nous seront bien utiles pour nous entraîner à innover donc un petit effort !

Je vous invite à adopter un regard neuf sur l'environnement qui vous entoure, empreint de curiosité et exempt de jugement. Autrement dit, observez pour identifier ce qui ne fonctionne pas !

Pour se plonger dans le bain de l'innovation et maximiser ses chances de trouver de bonnes idées, il est important d'évoluer dans un cadre propice, comme nous l'avons explicité dans notre article 4 points clés pour booster l’innovation dans votre entreprise :

 

Chacun d'entre nous est confronté à des incohérences ou des difficultés dans sa vie quotidienne, dans le cadre professionnel et personnel. Nous sommes par exemple confrontés à ces problèmes en utilisant un service ou un produit qui ne nous satisfait pas entièrement. Nous n'y prêtons pas forcément attention car la résolution de ces problèmes ne nous incombent généralement pas mais nous pouvons nous en servir pour nous entraîner à innover ! Utilisons ainsi notre capacité d'observation pour identifier les problèmes que nous rencontrons tous les jours.

 

Comment résoudre le problème ?

Afin de trouver une solution à notre problème, nous allons utiliser la méthode de résolution de problèmes QQOQCCP. Cette méthode consiste en une analyse approfondie du problème à partir des questions suivantes :

  • Qui ?
  • Quoi ?
  • Où ?
  • Quand ?
  • Comment ?
  • Combien ?
  • Pourquoi ? Pour quoi ?

L'objectif est ainsi d'apporter le maximum d'informations sur le problème afin de trouver la solution la plus adéquate possible.

 

Quel est le problème ? De quoi s'agit-il ? 

Stylo mine écrasée La Poste

Prenons donc un exemple concret que vous avez sûrement déjà rencontré : les stylos à bille reliés à un socle par une chaîne mis à disposition dans les bureaux de poste.

A la recherche d'un stylo pour noter une adresse, combien ont trouvé un stylo dont la mine enfoncée le rend inutilisable ?

Nous partons là d'un constat, les stylos mis à disposition dans les bureaux de poste ont parfois (voire souvent) la mine enfoncée.

 

 

Pourquoi ce problème se pose-t-il ? Quels sont ses causes ?

La cause de cet enfoncement est que la plupart des usagers des-dits stylos ont tendance à exercer une forte pression sur la mine afin de créer une copie carbone de certains formulaires disponibles dans les bureaux de poste, comme l'indique d'ailleurs ces formulaires.

Colissimo

Un test effectué par un Youtubeur nous apprend qu'un stylo à bille classique peut écrire pendant 38h25mn. Il serait intéressant d'estimer la durée de vie moyenne d'un stylo dans un bureau de poste puisque la plupart des crayons dont la mine est enfoncée possèdent encore de l'encre. Leur cycle de vie n'est donc pas optimisé.

 

Qui est concerné par le problème ? Quels sont les responsables ?

Ces questions nous permettent d'identifier les acteurs du problème.

Ainsi, l'utilisateur du stylo, à savoir l'usager du bureau de poste est responsable de l'enfoncement de la mine.

Par ailleurs, le bureau de poste est directement concerné car c'est ce dernier qui fournit les stylos qui sont donc par définition à sa charge.

 

Où se passe le problème ?

Comme nous l'avons indiqué, le lieu est le bureau de poste et par extension ce problème concerne les 9254 bureaux de poste en France.

A cela on peut ajouter les 7289 points de contacts gérés en partenariat avec des collectivités locales et des commerçants qui, s'ils mettent également à disposition des stylos du même type, rencontrent ce problème.

On peut même s'interroger sur la possibilité de rencontrer ce type de problème dans d'autres lieux publics qui mettent à disposition ce type de stylos et qui proposent des formulaires comportant une copie carbone à remplir. On imagine ainsi que des mairies peuvent être également concernées. Néanmoins, nous allons limiter le champ d'étude de notre problème aux bureaux de poste.

 

Quand se déroule le problème ? A quelle fréquence ?

Comme nous l'avons vu dans les causes du problème, c'est donc l'utilisation "musclée" des stylos par les usagers du bureau de poste qui les dégrade.

On peut donc considérer que l'écrasement de la mine intervient aux heures d'ouverture des bureaux de poste et ce tout au long de l'année. C'est donc un problème récurrent et durable.

 

Comment s'opère le problème ?

On s'intéresse ici aux stylos ainsi qu'à leur approvisionnement par le bureau de poste.

Un entretien avec un agent de la poste nous apprend qu'en effet, les mines des stylos se retrouvent régulièrement enfoncée ce qui les rend inutilisables. Seule la mine du stylo est remplacée lorsque le corps du stylo, la chaîne et le socle de celui-ci sont intacts. Une vérification montre en effet que ces stylos se dévissent et qu'il est possible de remplacer la mine.

L'agent explique que les bureaux de poste s'approvisionnent en fournitures auprès d'un fournisseur, limitant ainsi le choix des produits.

 

Combien cela coûte ?

Il n'a pas été possible de connaître le coût exact d'une mine de stylo achetée par un bureau de poste.

Cependant, pour notre exercice, une rapide recherche sur Internet nous apprend qu'il existe des recharges de mines pour ce type de stylos dont le coût varie de 0,38€ à 1,26€.

A l'échelle d'un bureau de poste et étant donné le faible coût d'achat d'une mine de stylo, les pertes semblent faibles mais ramenées aux 9254 bureaux de poste en France et ce sur une année, ce coût peut atteindre des milliers d'euros.

Exemple : En partant du principe que le groupe postal a négocié des tarifs avantageux auprès de son fournisseur, estimons que chaque recharge de mine lui coûte 0,20€. Imaginons qu'un bureau de poste utilise en moyenne 2 recharges de mine par mois en remplacement des mines écrasées, soit un coût de 4,8€/an. Cela représenterait un coût cumulé de plus de 44.000€/an pour l'ensemble des bureaux de poste français et de près de 80.000€/an en intégrant les points de contact.

L'enjeu de notre exercice est donc ici de trouver comment faire des économies ou comment rationaliser l'utilisation des stylos.

 

Des idées ?

Après avoir bien défini le problème et pris connaissance des composantes de celui-ci, nous pouvons réfléchir à des solutions.

La méthode QQOQCCP se concentre particulièrement sur les questions Pourquoi et Combien afin de donner une analyse des causes et des modalités à mettre en place pour obtenir une solution efficace.

Nous avons ainsi identifié que le coût des stylos est assumé par le bureau de poste, qu'il concerne potentiellement tous les bureaux de poste et que donc le groupe La Poste est concerné par ce problème et ce tout au long de l'année.

 

Agir sur les causes ? Sur les moyens ?

Intéressons-nous tout d'abord à l'éventualité d'une modification d'une cause dans la résolution du problème, à savoir dans ce cas le fait d'enlever les copies carbones des formulaires.

Ce fait impliquerait alors de devoir remplir plusieurs fois le même formulaire et donc une perte de temps pour l'utilisateur. Cette solution impose une régression du service qui n'est pas compatible avec la démarche d'innovation. Passons donc à autre chose.

On peut se demander pourquoi les bureaux de poste continuent de mettre à disposition ce type de stylos étant donné la propension de leur mine à s'écraser. On note ici l'inadaptation du stylo à son usage. En effet, ce stylo remplit bien sa fonction première d'écriture et de marquage sur la copie carbone mais sa durée de vie est directement impactée par son type d'utilisation. Il serait donc intéressant de réfléchir à un produit plus adapté à cette usage.

Rappelons-nous que les bureaux de poste mettent à disposition ces stylos reliés à un socle par une chaîne afin d'offrir un moyen d'écriture aux usagers tout en limitant les risques de vol du stylo. N'oublions pas non plus que le groupe postal s'approvisionne auprès d'un fournisseur unique.

On peut ainsi se demander si ce fournisseur (ou un autre) ne proposerait pas des stylos plus adaptés à un usage appuyé.

Bic CristalEn puisant dans nos connaissances et expériences, on finit par penser à un célèbre stylo à bille, le stylo Bic Cristal qui a la particularité d'avoir une mine se chargeant par l'avant du stylo. Cette particularité présente l'avantage d'une butée qui empêche l'enfoncement de la mine dans le stylo.

Existe-t-il alors des stylos à bille sur socle du même type ?

Réponse : après une rapide recherche sur Internet, on apprend que la société Bic commercialise en effet plusieurs références de stylos sur socle mais le mécanisme de ceux-ci est similaire aux autres et présente donc le même défaut.

Une solution serait donc de développer un stylo rechargeable relié à un socle par une chaîne et dont la mine se charge par l'avant sur une butée.

 

Notre petit exercice nous a ainsi mené à envisager un nouveau produit issue d'une innovation incrémentale appliquée à un produit existant. Dans notre cas, cette innovation se fait d'ailleurs par les fournisseurs et non par l'entité identifiée comme responsable.

L'objectif est de désacraliser l'innovation, de se rendre compte que chacun est capable d'innover et des possibilités infinies que cette dernière offre dans tous les domaines.

La finalité est également, à terme, de vous concentrer sur la recherche de problèmes dont la solution vous rendra directement service, soit en facilitant votre vie personnelle, soit en proposant des innovations concrètes dans le cadre professionnel.

Je vous invite donc à faire de même afin de développer votre acuité à discerner les problèmes, à les analyser et à trouver des solutions... en somme à innover au quotidien !

Claire Rousseau

Ne partez pas, ces articles devraient vous intéresser :

 

 

 

 

Vous souhaitez innover ?

Recevez des conseils, des méthodes et des outils pour booster votre créativité et innover !

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de l'innovation !

Merci d'entrer votre email ci-dessous :


Abonnez-vous à la newsletter de l'innovation !