Brainstorming : comment collecter un maximum d’idées en un minimum de temps ?

Brainstorming : comment collecter un maximum d’idées en un minimum de temps ?

 

Générer de nouvelles idées. De nos jours, c’est une question de survie. En réponse à cet impératif, de nombreuses techniques de créativité existent : le mind mapping, la technique analogique dite des 6 chapeaux d’Edward de Bono, ou encore la technique de concassage de SCAMPER.

Pas toujours évident de s’y retrouver !

Pour succéder à notre article sur le brainwriting, nous vous proposons un nouveau billet qui, cette fois, fera le point sur le Brainstorming.

 

Commençons par un brin d’histoire…

Encore utilisé aujourd’hui, le brainstorming fait pourtant partie des plus anciens procédés. Il date en effet de 1940. Cette méthode a été conçue par Alex Osborn, un publicitaire américain, dirigeant d’une importante agence de publicité new-yorkaise, la BBDO. Osborn avait constaté que la critique destructrice des idées émises tenait une part importante dans les réunions, il a donc interdit toute critique lors d’une première phase de l’exercice, la phase d’idéation.

Notons au passage qu’Osborn a publié de nombreux ouvrages portant sur cette technique dont le premier, Your creative power, est rapidement devenu un best-seller. 

 

Pourquoi ?

Collecter un maximum d’idées nouvelles et originales en réponse à un problème donné en un minimum de temps.

 

Comment ?

On réunit plusieurs personnes, puis, sous la direction d’un animateur, on provoque une session de remue-méninges.

Il est crucial de préciser que le processus comporte 2 étapes qui correspondent en fait aux 2 modes de pensée de l’homme.

La pensée « divergente » : on privilégie la puissance novatrice de l’hémisphère droit du cerveau. C’est à dire que l’on émet les idées sans restriction aucune.

La pensée « convergente » : cette fois on met en route la force conservatrice de l’hémisphère gauche du cerveau qui résiste à l’intuition et fait davantage appel au raisonnement. On fait donc appel à notre jugement pour trier et évaluer les idées. On transforme les idées brutes en solutions.

 

Quel est le rôle de l’animateur ?

Lors de la première partie de l’exercice, il veille à ce que rien n’entrave l’imagination des participants. L’exercice dure en moyenne 15 minutes.

  • il bannit toute forme de critique (jugement différé)
  • il encourage la spontanéité (en gérant le temps de réflexion de façon à produire un maximum d’idées dans un minimum de temps),
  • il utilise des outils pour booster la créativité (la technique de l’association d’idées par exemple),
  • il pousse à améliorer les idées émises (en rebondissant sur les idées des autres),
  • il note toutes les propositions.

 

Dans la seconde partie, qui elle, n’est pas limitée dans le temps, il mène le débat. Il aide les participants à fournir des solutions à la fois nouvelles, réalisables et qui répondent aux besoins et aux exigences de la situation donnée.

 

Quels avantages le Brainstorming présente-t-il ?  

  • La principale instruction est de ne pas juger. On évite ainsi de détruire systématiquement les idées émises par les autres,
  • Le fait de laisser libre cours au flux d’idées conduit immanquablement à la génération d’un grand nombre d’idées,
  • C’est un outil peu coûteux à mettre en place puisque le brainstorming repose sur un processus inné. Sans nous en rendre compte, nous pratiquons en effet la démarche intuitive pour résoudre toutes  sortes de problèmes au quotidien. D’abord, de façon instinctive, nous cherchons à clarifier la situation (la « préparation »). Puis, nous passons souvent à autre chose, nous donnant ainsi naturellement une période de réflexion, « l’incubation ». Alors, spontanément, des idées nous viennent à l’esprit, « l’illumination ». Il ne nous reste plus ensuite qu’à évaluer ces idées, en faisant appel à notre expérience, « la validation », avant de mettre en pratique celle de que nous jugerons la plus appropriée,
  • Ce procédé n’impliquant pas de prérequis spécifique, on peut donc aisément organiser un brainstorming à chaque fois qu’on ne trouve pas de solution satisfaisante à un problème,
  • Enfin, il constitue une situation pédagogique assez intéressante puisqu’il permet l’intégration d’attitudes collaboratives débouchant sur le croisement d’idées et par là-même, renforce les liens et la cohésion de l’équipe.

 

Quelles sont les limites de la méthode ?

  • L’exercice est présentiel. En effet, les membres du groupe de travail doivent, à un moment donné, être réunis au même endroit,
  • Pour un maximum d’efficacité, on doit limiter le nombre de participants. Dix personnes étant la moyenne optimale. Il va sans dire que cette condition modère le nombre de propositions,
  • Les bonnes idées peuvent germer à tout moment. Donc, une séance sur un temps imposé peut réduire la spontanéité,
  • Il arrive que, parfois, lors d’une séance, des individus prennent le lead sur le reste du groupe, qui se met alors en retrait.
  • De la même manière des personnes plus timides pourront avoir du mal à faire valoir leurs idées face à un groupe plus à l’aise.

 

Méthodes de Brainstorming

La méthode du Creative Solving Problem

Osborn a donc revu sa copie. Dix ans plus tard, il revient avec une technique plus élaborée, le Creative Solving Problem. Elle comprend 3 étapes : clarification de l’objectif, recherche de solutions et préparation de l’action.

En quoi cette nouvelle méthode va-t-elle plus loin que le brainstorming ?

Cette fois, c’est chacune de ces 3 phases qui sera appréhendée de 2 façons distinctes. D’abord d’un point de vue “divergent”, on récolte toutes les idées en veillant à différer le jugement, puis, sous un angle “convergent”, on raisonne de façon à filtrer les propositions.

Parallèlement, d’autres stratégies ont vu le jour.

 

Le challenge storming

Le challenge storming est une nouvelle approche d’idéation. Issue du brainstorming, elle entend cependant en corriger les faiblesses en présentant la recherche sous forme de 10 défis :

  • s’attaquer à un problème partagé,
  • brainwashing visant à se vider la tête des paradigmes inconscients,
  • faire un inventaire des solutions existantes,
  • préciser à l’avance les valeurs ou critères de choix et de sélection,
  • créer la motivation en transformant le problème en challenge partagé,
  • imaginer les solutions des concurrents,
  • trouver au moins 3 bonnes solutions compétitives alternatives,
  • choisir en équipe la meilleure des idées de solution possibles,
  • prototyper,
  • être créatif dans la mise en œuvre.

 

Le brainstorming et la technique du mind mapping

Le brainstorming avec mind mapping est une autre déclinaison intéressante qui offre la possibilité de réfléchir visuellement. Le mind mapping permet en effet de capturer visuellement les idées générées lors d’une session de brainstorming, puis de les réorganiser et de les prioriser dans un format favorisant la compréhension. On commence par indiquer le thème central, puis on ajoute des branches pour les différentes idées. On complète ensuite la mind map avec des notes, des pièces jointes, des liens et des images qui viennent étayer les idées.

Le mind mapping permet de débloquer ou de renforcer le processus d’idéation en élargissant le questionnement.

 

La méthode Metaplan®

Enfin, la méthode Metaplan® qui repose sur 3 grands principes :

  • La collecte d’idées se fait de façon visuelle : les contributions des participants s’affichent sur des grandes feuilles de papier kraft,
  • On veille à stimuler les échanges entre les participants par des questions et des techniques d’interaction,
  • Une stratégie d’animation appelée “dramaturgie” qui permet de guider la réflexion du groupe, de façon précise et minutée jusqu’à l’atteinte des objectifs visés.

 

On peut poser les limites du brainstorming, il n’en demeure pas moins être l'une des premières méthodes basées sur la résolution de problèmes, ouvrant la voie vers de nombreuses variantes.

Carine Simonetti

Découvrez également :

 

 

 

 

Vous souhaitez innover ?

Recevez des conseils, des méthodes et des outils pour booster votre créativité et innover !

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle de l'innovation !

Merci d'entrer votre email ci-dessous :


Abonnez-vous à la newsletter de l'innovation !